Contribution à la cartographie des inondations et l’évaluation de leurs impacts dans les sous-bassin versant non jaugés du fleuve Congo: cas du sous bassin versant de la Lukaya

Les inondations sont parmi les catastrophes naturelles qui occasionnent des pertes économiques, sociales et environnementales significatives. Au cours de la dernière décennie, elles sont devenues plus courantes, intenses et moins prévisibles souvent liées à des phénomènes météorologiques extrêmes. Elles représentent plus de 40% des cas enregistrés dans le bassin du Congo comparativement à d’autres cas des événements extrêmes naturels. Cette étude sur la cartographie des zones inondables dans le bassin versant de Lukaya, particulièrement dans sa partie de Kasangulu et sa partie avale est menée afin de renforcer le processus de prise de décision sur la gestion des inondations.

La méthodologie utilisée dans ce travail a consisté à la modélisation en deux dimensions des écoulements avec le modèle hydrodynamique HEC-RAS 5.0.1 dans le bassin versant de la rivière Lukaya. Les données d’entrée au modèle utilisées pour simuler les écoulements sont telles que les débits journaliers, calculés à partir de l’équation empirique de Turazza en utilisant les précipitations CHIRPS, les données topographiques du bassin versant de la Lukaya, caractérisé à partir du logiciel ILWIS 3.4.

Image_CRREBaC

Les résultats ont montré que c’est l’année 2008 qui a connu une grande hauteur d’eau d’inondation(2,83 m), suivie de l’année 2013 et l’année 2010 vient en dernière position avec 1,35 m. Les résultats sur la partie avale montrent que c’est l’année 2008 qui a connu une grande hauteur d’eau d’inondation (3,50 m), suivie de 2013 et l’année 2016 vient en dernière position avec 2, 43 m. Les résultats sur les superficies susceptibles d’être inondées ont montré que c’est dans la partie avale où les grandes superficies ont été inondées environ 11707200 m2 (soit 1 170,72 ha), contre7482600 m2 (soit 748,26 ha) en amont. La carte d’inondation a montré que le camp ONATRA, la carrière de SAFRICAS, le maraichage près du marché de Kasangulu, la ferme MinoCongo, l’usine de traitement d’eau potable de la REGIDESO, la cité de Kimwenza sont les quelques éléments ayant été touchés par les inondations survenues dans ce bassin versant de la Lukaya. Ces résultats ont été validés par une descente sur terrain, et se conforment également à la situation observée sur terrain en 2011 et 2012.

Mots clés : Inondation, bassin versant de Lukaya, CHIRPS, Modélisation, HEC-RAS 5.0.1, cartographie,

Par Eric K. Tshitende, Raphael M. Tshimanga, Pierre M. Kabuya, Rachel M. Mpunga, Martin T. Kabantu, Jules T. Beya, Fidèle M. Kasangadjo, Landry N. Nkaba, Jean-Felly K. Ngandu

About Author

Connect with Me:

Leave a Reply